galerie d’art, art aborigène, aboriginal signature, blog de la galerie, peinture aborigène

Voyages 2016 dans les territoires Aborigènes : épisode 2

Durant l'été 2016, la galerie se rendait dans l'outback Australien afin de sélectionner des œuvres et de préparer nos expositions futures en 2017.
A cette occasion, nous avons réalisé un reportage de notre périple, au cœur des territoires Aborigènes non accessibles au public.

Episode 2

Waterhole dans les territoires Aborigènes. © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

Waterhole dans les territoires Aborigènes. © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

Première nuit dans les zones désertiques du APY land. Il fait -2•c. J'installe mon swag - spécialité australienne - sous la voûte étoilée. Le paysage est grandiose avec les buissons de Spinifex piquants comme des aiguilles. La nature est silencieuse au bord de ce petit torrent.

Quelques personnes ayant bivouaqué là auparavant, ont laissé des souvenirs. Je les ramasse et les brûle sur le feu pour rendre sa place à la nature.

Un bruit suspect m'alerte après un dîner autour d'un feu pour se réchauffer.
La lampe torche révèle deux yeux brillants sur une colline rocheuse. Après les avoir pris pour des étoiles je vois qu'ils bougent. Une bête m'observe pendant une bonne heure par intermittence. Je rajoute du bois sur le feu. Je suis seul. Elle me semble bien grande. Je suis vaguement rassuré pour la nuit.

Bivouac dans les zones désertiques du APY land. température : - 2°c.

Bivouac dans les zones désertiques du APY land. température : - 2°c.

La rencontre avec les artistes Aborigènes a été merveilleuse hier. Enfin je revois certains peintres Aborigènes dont j'ai défendu le travail ces deux dernières années et qui sont régulièrement primés en Australie et à l'international.

Nous leur montrons une carte avec les distances entre Bruxelles et l'Australie. Cela les impressionne beaucoup surtout quand ils voient leurs peintures dans les expositions. La galerie est située à 16 000 km d'ici, et à plus de 40 h de voyage au moins. Ils mesurent l'éloignement.

Ici des innovations sont en marche. L'artiste Robert Fielding de Mimili Maku, à la fois peintre et photographe, invente une nouvelle forme de dialogue entre ces médias. Il est en train de réaliser un triptyque avec des photos d'arbre de 2m de haut, chacune tirée sur un papier épais : la structure familiale avec le père, la mère et l'enfant, suggéré par la sculpture naturelle des branches. Il utilise un fer à souder pour brûler le papier et appliquer un pointillisme dans l'absence. C'est assez génial. Je suis impatient de montrer cela à la galerie.

Les buissons de Spinifex dans le APY land. © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

Les buissons de Spinifex dans le APY land. © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

En montant sur une montagne ce matin, près d'Ernabella, je rencontre à nouveau une ranger avec sa famille en visite. Le lieu est unique. J'y suis arrivé par hasard. Les seuls indications étaient une pancarte pas incitante avec Poison écrit dessus. Pas le parfum, mais sans doute des zones pour tuer les renards qui déciment les petits marsupiaux Wallabies.

Des rockholes retiennent l'eau dans de multiples bassins au fil de la cascade. Les Eucalyptus avec leur tronc blanc, tranchent avec les pierres rouges. Sur 200 mètres de dénivelé, nous parcourons ces différents trous d'eau successifs. C'est magnifique. Une symphonie s'élève dans le ciel, composée par les clapotis de l'eau et les ponctuations stridentes des perroquets blancs.

Ce soir je suis invité chez la art center manager d'Ernabella. Il fait chaud chez eux et de superbes peintures de Papunya Tula sont au mur. Elle a travaillé deux ans là-bas.
Nous parlons art bien entendu, des enjeux de ce mouvement artistique, des artistes sous les feux de la rampe... et j'apprends l'attaque à Nice. Quelle tristesse à nouveau.

Blocs rocheux érodés depuis 500 millions d'années, dans les territoires Aborigènes © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

Blocs rocheux érodés depuis 500 millions d'années, dans les territoires Aborigènes © Photo: Aboriginal Signature Estrangin Fine Art

Voyage 2016 dans les territoires Aborigènes : épisode 1

Durant l'été 2016, la galerie se rendait dans l'outback Australien afin de sélectionner des œuvres et de préparer nos expositions futures en 2017.
A cette occasion, nous avons réalisé un reportage de notre périple, au cœur des territoires Aborigènes non accessibles au public.
ce fut l'occasion d'appréhender ces paysages, de mieux comprendre la dureté de la vie nomade, de percevoir les enjeux politiques et sociétaux des communautés Aborigènes... Ces éléments forts offrent une fenêtre éclairante pour appréhender avec plus de justesse l'inclassable art Aborigène d'Australie. A travers différents épisodes, nous vous invitons à suivre nos 20 jours dans les Outstations des déserts de l'Outback.

Episode 1

Après 8h de route en partie goudronnée puis plus du tout, nous voilà dans les territoires du APY land : 102 000 km2 et 2300 habitants à 90% Aborigènes. La Belgique y loge 3,4 fois.
Certains Australiens sont étranges. Ils remorquent leurs bateaux en plein désert, de Darwin à Adelaide. Un détail : cela fait juste 3000 km.

Notre véhicule 4x4 bien équipé pour affronter les routes de l'outback Australien. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

Notre véhicule 4x4 bien équipé pour affronter les routes de l'outback Australien. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie


Le froid est mordant ici. La nuit dernière il a fait -3•c en plein désert. Nous pensions dormir à la belle étoile ce soir dans un lieu magnifique. Il était impressionnant avec des blocs rocheux rouges se détachant sur un territoire immense et vierge à l'infini.
Les rockholes ou trous d'eau dans la roche, gardent la trace des dernières pluies. Leur eau, hier bien pure et cartographiée par les Aborigènes, est aujourd'hui contaminée par les déjections des chameaux ou chevaux importés.

Dans cette partie du territoire autour de Mimili il y a également trop de renards. Ils abusent des wallabies et déciment leur population. Une catastrophe écologique !

Presque prêt pour notre périple de 20 jours durant l'été 2016 dans les territoires Aborigènes du APY land. Photo : Aboriginal Signature galerie.

Presque prêt pour notre périple de 20 jours durant l'été 2016 dans les territoires Aborigènes du APY land. Photo : Aboriginal Signature galerie.

Le bas d'un immense monolithe sert de camp temporaire aux Aborigènes en fonction des saisons. Le lieu est magique : une telle force en émane. Il s'agit d'un lieu protégé. J'attendrai d'être invité et accompagné pour y revenir.
Finalement nous dormirons ce soir là dans le lieu d'hébergement collectif de la communauté Aborigène. L'isolation du bâtiment est rudimentaire. Près du poêle, avec un bon feu, je me réchauffe enfin.

Blocs rocheux de l'outback, dans le APY land, érodés depuis 500 millions d'années. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

Blocs rocheux de l'outback, dans le APY land, érodés depuis 500 millions d'années. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

Le ciel étoilé n'est pas loin. Pas de téléphone, même la connexion satellite est difficile. Mais une connexion wifi avec un groupe électrogène fonctionne et permet de partager quelques nouvelles.
Vers 18h à la nuit tombante, je me rends au centre d'art de Mimili Maku en préparation de la réunion du lendemain. Juste 300 Aborigènes vivent à Mimili.

Blocs rocheux dans le APY land. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

Blocs rocheux dans le APY land. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie


Les artistes sont rentrés à la maison. Je les verrai demain matin. La pièce où peignent les hommes est surchauffée. Il y fait exactement 30•c. C'est un luxe mais ils adorent cela.
Des œuvres magnifiques sont visibles sur le sol. Les artistes se ré-inventent. Ils utilisent de nouveaux médias avec audace. Certains établissent des dialogues entre prise de photos et peintures. Ces innovations sont intéressantes. Les artistes aborigènes puisent avec talent dans le terreau de leur civilisation millénaire.

Ils seront présents nombreux à Darwin début Août lors du Telstra Award au Musée des Territoires du Nord et défendront une autre vision de l'art Aborigène.
La voie lactée commence à apparaître au loin. Aucune lumière, ni pollution à des milliers de kilomètres à la ronde. Quelle intensité !

Ces véhicules abandonnés ponctuent la route dans les territoires Aborigènes. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

Ces véhicules abandonnés ponctuent la route dans les territoires Aborigènes. © Photo : Aboriginal Signature • Estrangin Fine Art galerie

On en parle dans la presse : la collection d'art Aborigène d'Australie • Estrangin • dans Le Soir

Merci au quotidien national Le Soir pour leur bel article sur la démarche d'un collectionneur d'art Aborigène pendant 15 ans, et le projet de lancement d'une galerie spécialisée dédiée à cet art millénaire des antipodes.

Retrouvez l'article en ligne ici : http://mobile.lesoir.be/1271835/article/culture/marche-l-art/2016-07-20/collection-galerie-d-art

Retrouvez l'article en ligne ici : http://mobile.lesoir.be/1271835/article/culture/marche-l-art/2016-07-20/collection-galerie-d-art

French
English