galerie d’art, art aborigène, aboriginal signature, blog de la galerie, peinture aborigène

Voyage 2016 dans les territoires Aborigènes : sur les pistes rouges du désert central- épisode 8

grenouille-désert-aborigène

Episode 8

Ce matin là, je pose le pied sur de terribles épines. Quand la nature singe la gendarmerie nationale. Ces sortes de crampons sadiques ressemblent aux cordons pour empêcher le passage des véhicules en zone de guerre. Ici ils se contentent de percer la semelle de mes chaussures. Je souhaite bien du plaisir aux animaux censés disperser leurs graines. Qui peut bien se charger de cette épreuve ?

épine-territoires-aborigènes

Ce soir là une charmante petite grenouille vient me souhaiter bonne nuit en haut de cette dune. Peut être une princesse cachée derrière sa robe verte comme un camouflage. Je lui titille le "croupion" avec un morceau de bois pour qu'elle parte plus loin, afin de ne pas lui marcher dessus durant la nuit. En attendant je me demande bien d'où elle vient car tout n'est qu'aridité en ces lieux. Magie de la vie nocturne aux creux des dunes de sable du Bush.

feu-bivouac-désert-aborigène

Un couple d'Aborigène passe ce soir sur cette piste. Ils voient mon feu et s'arrêtent. Ils viennent vers moi pour me demander : are you ok ? Incroyable hospitalité du désert où chacun se soucie de l'autre. Il est vrai qu'une voiture arrêtée avec un feu le soir est souvent synonyme de panne et d'appel des secours. Le bush regorge d'histoires d'attente d'une aide potentielle pendant 3 jours, une semaine, sur ces endroits très peu fréquentés. Ne jamais manquer d'eau.

En passant par Kings Canyon, je découvre des gorges fascinantes de sable pétrifié. Je passe la main sur les pierres ondulantes d'une plage à marée basse. Ces vaguelettes de sable furent saisies il y a des millions d'années. Quelle mer fut là en ce temps si lointain ? De plus en plus, la géologie de notre terre me touche. Comme ces endroits uniques d'Australie où l'on peut voir la première croute terrestre de notre planète.

king-canyon-australie

Sur les hauteurs se nichent quelques palmiers endémiques. Ils poussent extrêmement lentement et frisent les 400 ans. Ce n'est rien en comparaison de leur témoignage d'une période plus humide ici il y a 20 millions d'années. Ils en seraient les derniers descendants.
Je doute tout de même un peu de l'explication donnée. Les analyses scientifiques des gènes d'autres palmiers d'un parc naturel tout à côté, enfin 300 km, viennent de démontrer que ces survivants de la wet period, avaient été finalement plantés par les Aborigènes, à partir de graines convoyées de 2500 km plus au nord du pays. Les Aborigènes, avec leur maîtrise des feux dans le bush, leur gestion des graines, ont sans doute forgé en partie ces territoires qui semblent encore si sauvages...

palmier-endémique-aborigène

Je tenterai de publier un autre billet perdu faute de batteries suffisantes.
Le voyage continue sur Darwin avec un évènement important : le Telstra Award, grand prix de l'art Aborigène.

De beaucoup d'endroits en Australie, convergent en ce moment de nombreux artistes pressentis comme lauréats. Je suis impatient de découvrir leurs chefs d'œuvre entre aperçu ici ou là juste avant leur sélection.

 

L'artiste Aborigène Lena Nyadbi a les honneurs de France 2

L'artiste Aborigène Lena Nyadbi de la communauté de Warmun a les honneurs de France 2, dans l'émission d'Art d'Art. Une des premières fois qu'ils évoquent l'art Aborigène d'Australie dans cette excellente émission de Frédéric Taddei.

Vous voulez en savoir plus ? Voilà l'histoire merveilleuse un peu plus complète de cette œuvre magistrale sur le toit du Musée du Quai Branly à Paris.

Lorsque il y a des millénaires, l'ancêtre poisson Barramundi a accompli son œuvre, il rejoint les entrailles de la terre où se trouvent les ancêtres du Temps du Rêve.

En passant par le cône d'un ancien volcan trop étroit, il perd une partie de ses écailles. Avec le temps comme des fossiles, celles-ci se sont transformées en pierres brillantes visibles en surface.

Pour les Aborigènes ces traces lumineuses ont toujours attesté de cette grande époque de la Création.

Bien plus tard, lors de leur conquête des territoires Australiens, les colons découvriront que ces pierres brillantes sont en fait des diamants à même le sol. Ils furent rejetés par le volcan à travers les fragments de Kimberlite.

L'artiste Lean Nyadbi est la gardienne de ce lieu transmis de génération en génération. En revanche celui-ci a été détruit par l'occident. La colline du volcan a disparu aujourd'hui pour céder la place à l'immense mine d'Argyle, la plus grande mine de diamant au monde, exploitée par Rio Tinto.

Les Aborigènes sont en partie indemnisés ici pour l'usage de leur terre... Un sujet très très sensible en Australie.

A voir ici : http://m.france2.fr/emissions/d-art-d-art/videos/ecailles_de_barramundi_de_lena_nyadbi_13-11-2016_1350839?origin=ftvsite_homepage

Une œuvre de l'artiste à découvrir à Bruxelles au sein de notre galerie :
http://www.aboriginalsignature.com/art-aborigene-warmun-1/lena-nyadbi

N.B. : il est possible que la vidéo soit difficile à voir ailleurs qu'en France, en raison des copyrights de France Télévision.

Dialogue à travers les siècles et plus de 2500 km

art-aborigène-peinture-papunya-tula-ronnie-tjampitjinpa

A gauche nacre gravée Aborigène, autour de 1920. A droite, peinture Aborigène de l'artiste Ronnie Tjampitjinpa (107 x 91 cm) de Papunya Tula Artists.

Rencontre du troisième type. 2500 km séparent ces deux objets et au moins cinq territoires de peuples aborigènes différents. A l'époque nomade c'était une énorme distance à travers le désert.

Les nacres, vierges, quittaient la côte près de Broome dans le Kimberley pour être échangées de clans en clans à travers les pistes chantées du désert. Non gravées au départ, elles le devenaient par la suite dans le cœur de l'Australie.

100 ans séparent cette nacre et cette peinture de l'artiste Aborigène Ronnie Tjampitjinpa. Et pourtant elles n'ont jamais été aussi proches. Les formes cinétiques dialoguent de l'une à l'autre. On ressent une proximité graphique forte. Elles furent toutes les deux réalisées par des représentants du peuple Aborigène Pintupi, tous descendants de la plus ancienne tradition artistique continue.

Quelle formidable ancestrale modernité dans ce chemin d'expression.

Cette œuvre fait partie de l'exposition "Aux origines de l'art" organisée au sein de la Galerie à Bruxelles jusqu'au 3 décembre 2016.

#artaborigene #aboriginalart #papunyatula #bruxelles #brussels

French
English