On en parle dans la presse : Kunst van de Aboriginals in Koekelberg - BRUZZ

Bruzz-article-aboriginal-art.jpg

Thanks to Bettina Hubo from BRUZZ for this outstanding article.

“Elke zomer doorkruist Bertrand Estrangin in een 4x4 de meest desolate woestijnen van Australië op zoek naar interessant werk van Aboriginal-kunstenaars. Het resultaat van die exploratietochten toont hij in zijn galerie in Koekelberg, die enige in de Benelux die in Aboriginal-kunst handelt.

Galerie Aboriginal Signature ligt enigszins verborgen in de rustige Jules Besmestraat. De charmante rijwoning met achterhuis deed vroeger dienst als drukkerij. Bertrand Estrangin verbouwde het pand tot een opvallend lichte galerie.

Voor hij kunsthandelaar werd, had Estrangin, Parijzenaar van geboorte, een heel andere carrière. Hij werkte achttien jaar lang als manager voor Solvay, eerst in Frankrijk, later in België. “Ik woon hier ondertussen zestien jaar,” vertelt hij.

Naast zijn werk bij de chemiereus had hij een andere passie: kunst van de inheemse bevolking van Australië verzamelen. Die passie ontstond toen hij in 2002 een bezoek bracht aan het vorig jaar opgedoekte Museum voor Aboriginal Art in Utrecht. “Het was een coup de foudre. Ik stond aan de grond genageld en ben uiteindelijk drie uur in dat kleine museum gebleven. Ik heb er ook mijn eerste kunstwerk gekocht, een werkje op papier.”

Sindsdien is niet alleen zijn collectie, maar ook zijn fascinatie voor Aboriginal Art steeds gegroeid. Zozeer dat hij vijf jaar geleden besloot om zijn baan bij Solvay op te zeggen en een galerie te beginnen. “Wat mij zo aantrekt in die kunst? Je voelt dat de inhoud van deze werken heel oud is. Het geheugen van een heel volk zit erin, een volk dat zwaar geleden heeft, maar toch kunst maakt die schittert.” …

Read the full article here on BRUZZ.

On en parle dans la presse : MU in the City "Tout sauf naïf"

Ecran-expo-art-aborigene.jpg

Merci à la journaliste Muriel de Crayencourt.

Il vous reste quelques jours pour visiter l’exposition de rentrée de la galerie Aboriginal Signature à Bruxelles, une des rares galeries en Europe à montrer l’art aborigène dans toute sa diversité. Ici, 40 écorces et 12 pôles de cérémonie des artistes de la communauté de Yirrkala tout à fait au nord de l’Australie

Vingt artistes, de toutes générations, travaillant sur écorce, avec des pigments naturels, en des rythmes abstraits et dansants. Ce qui éveille à nos yeux une connection avec l’art moderne est dans l’art aborigène un travail bien plus profond. Il faut écouter Bertrand Estrangin, le galeriste qui part au cœur du bush australien chaque été à la rencontre des communautés et de leur créations, nous expliquer les implications de chacune des peintures. Sur un mur, trois œuvres importantes de Noŋgirrŋa Marawili, 80 ans aujourd’hui, qui trace un motif en amande représentant le feu, motif qu’elle fait évoluer avec de plus en plus de liberté… Lire la suite ici sur MU in the City.

On en parle dans la presse : LE VIF - L'EXPRESS - Les Aborigènes sont le dernier peuple dont la mémoire n'a pas été effacée

On en parle dans la presse : LE VIF - L'EXPRESS - Les Aborigènes sont le dernier peuple dont la mémoire n'a pas été effacée

Un grand merci au magazine LE VIF - L'EXPRESS pour ce bel article sur la galerie crée en 2014 et toute dédiée aux artistes Aborigènes des différentes régions de l'Australie, ici à Bruxelles. Le texte du journaliste Michel Verlinden met en perspective très justement ce mouvement artistique, dont les œuvres rayonnent dans la capitale de l'Europe. A découvrir ici ou en kiosque toute cette semaine.
Sur la photo, une superbe œuvre de l’artiste Daniel Walbidi.

Paris-Match : à Eurantica les artistes Aborigènes des communautés les plus recherchées

Paris-Match-art-aborigène

Merci au magazine Paris Match et à Diane Kervyn pour cet article et ses belles citations de la galerie au sujet des deux expositions d’art Aborigène que nous organisions il y a quelques semaine à Eurantica avec :
- les sculptures Ghost nets des artistes d’Erub
- et les peintures des grands artistes des déserts Australiens.

Libre Belgique : Art Aborigène des artistes Martu, Princes de trois déserts éloignés

Libre Belgique : Art Aborigène des artistes Martu, Princes de trois déserts éloignés

Dans sa démarche de nous faire connaître la diversité des peintures Aborigènes, la galerie Aboriginal Signature Estrangin nous invite à découvrir sa nouvelle exposition "Voice of the custodians of the Homeland". 27 œuvres (rares) d'artistes de Martumili. Tels des princes ils avaient autorité sur un territoire immense... quatre fois plus grand que la Belgique !

Magazine COLLECT : Celebrating the Earth

COLLECT-NOV-celebrating the Earth

Merci au Magazine COLLECT et à Gwennaëlle Gribaumont pour leur article dans leur rubrique "UP TO ART GALERIES", page 20, dont je reprends ici un extrait.

"... Représentante officielle en Europe des plus grands centres d’art d’Australie, la Galerie Aboriginal Signature Estrangin réunit une sélection de 25 œuvres en provenance de Tjala. Cette coopérative réputée concentre plusieurs générations d’artistes qui se transmettent leurs savoirs millénaires. Cette transmission de flambeau entre anciens et personnalités émergentes est essentielle, souvent fragile, et contribue à perpétuer les connaissances dans les communautés. Les pièces présentées ont été réalisées par une douzaine d’artistes âgés de 40 à 90 ans. Chacun développe son itinéraire spécifique et son style inventif en fonction de son attachement géographique et des nuances propres à ses influences territoriales. Une exposition dont la réalisation a pris des allures de sacerdoce : le galeriste Bertrand Estrangin a en effet parcouru 4 800 kilomètres sur les pistes rouges du désert pour sélectionner artistes et œuvres, dont il garantit à 100 % la provenance éthique..." (gg)

Plus d'informaion sur le magazine COLLECT ici.

Art Media Agency (AMA) : La peinture Aborigène, un secteur à part

Merci aux journalistes de l'Art Media Agency (AMA) pour leur article soulignant les enjeux de l'art Aborigène d'Australie et mettant en exergue cette œuvre magistrale de l'artiste Betty Pumani.

"... ll est un segment du marché de l'art tribal, qui occupe une place particulière la peinture aborigène Plus confidentiel, il est surtout épargne par la raréfaction des pieces. Et pour cause, il possède la spécificité d'être alimente par des artistes vivants « Le marche de l'art aborigène se porte bien, explique Bertrand Estrangin, l'un des grands du domaine. C'est un secteur en pleine évolution avec de nouveaux amateurs et collectionneurs sensibles aux messages
des derniers nomades d'Australie et à leurs oeuvres signifiantes, portant la mémoire continue d'un des plus anciens peuples du monde ».

Le marchand se montre confiant quant aux évolutions du marché, qui gagne en déontologie
« Les collectionneurs font marque d'une attention accrue sur la provenance des pièces, observe Bertrand Estrangin, ainsi qu'au caractère éthique de leur réalisation, en particulier en ce qui concerne la part que reçoit l'artiste ou ses descendants ». Un phénomène global, qui gagne aussi les autres acteurs du marché « Les maisons de ventes les plus importantes comme Sotheby's n'acceptent dans leurs vacations spécialisées d'art aborigène que les oeuvres
ayant des provenances éthiques, le plus souvent réalisées au sein de centres d'art ou communautés artistiques autogérées par les Aborigènes et à but non lucratif. Heureusement on est loin des excès d'il y a dix ou vingt ans, où tout se vendait, quelle que soit la qualité des œuvres" confie le marchand."

ama-peinture-aborigène

Le Monde : portfolio des chefs d'œuvre du Parcours des Mondes 2017 - art aborigène - Betty Pumani

Merci au journal Le Monde pour leur mention de la galerie Aboriginal Signature Estrangin et de l'œuvre de Betty Pumani de Mimili Maku Arts, dans leur sélection des pièces clefs du Parcours des Mondes 2017.

Lemonde-parcours-des-mondes-métissé