Mu-inthecity

On en parle dans la presse : MU in the City "Tout sauf naïf"

Ecran-expo-art-aborigene.jpg

Merci à la journaliste Muriel de Crayencourt.

Il vous reste quelques jours pour visiter l’exposition de rentrée de la galerie Aboriginal Signature à Bruxelles, une des rares galeries en Europe à montrer l’art aborigène dans toute sa diversité. Ici, 40 écorces et 12 pôles de cérémonie des artistes de la communauté de Yirrkala tout à fait au nord de l’Australie

Vingt artistes, de toutes générations, travaillant sur écorce, avec des pigments naturels, en des rythmes abstraits et dansants. Ce qui éveille à nos yeux une connection avec l’art moderne est dans l’art aborigène un travail bien plus profond. Il faut écouter Bertrand Estrangin, le galeriste qui part au cœur du bush australien chaque été à la rencontre des communautés et de leur créations, nous expliquer les implications de chacune des peintures. Sur un mur, trois œuvres importantes de Noŋgirrŋa Marawili, 80 ans aujourd’hui, qui trace un motif en amande représentant le feu, motif qu’elle fait évoluer avec de plus en plus de liberté… Lire la suite ici sur MU in the City.

On en parle dans la presse : Mu-inthecity - Les artistes Martumili résilients

exposition-art-aborigène-martu-mu-inthecity

Merci à Muriel de Crayencour, rédactrice en chef de MU inthecity pour son bel article sur notre dernière exposition.

"La Canning Stock road fut percée au début du XXe siècle au cœur de l’Australie pour acheminer les troupeaux de bœufs de Perth à Darwin. Il s’agissait plus d’une piste chaotique traversant des milliers de dunes de sable qu’une route goudronnée. Pour identifier les trous d’eau et leur aménagement en puits, les Australiens entrèrent en conflit avec les aborigènes de Martumili, gardiens traditionnels de trois immenses déserts du centre de l’Australie : Gibson, Great Sandy et Tanami desert. Constituée de plus de 50 puits, la Canning Stock Road a ainsi perforé leur terre sacrée..."

Lire cet article complet sur les artistes Aborigènes Martu, ici sur Mu inthecity.

On en parle dans la presse - Terre de Tjala

mu-inthecity exposition d'art aborigène sur Tjala art

Merci à Muriel de Crayencourt, rédactrice en chef de MU inthecity pour son bel article sur notre dernière exposition.

Une fois encore, voici réunies des toiles de qualité muséale chez Aboriginal Signature. Bertrand Estrangin part chaque été explorer les confins des territoires aborigènes d’Australie pour en ramener des œuvres remarquables et étonnantes. Voici des artistes de la région de Tjala.

Rassemblés dans le Tjala Art centre, ces artistes aborigènes ont été finalistes de nombreux prix en 2017 comme l’Archibald Prize du meilleur portrait, le Wynne Prize pour le meilleur paysage au Musée de Sydney (Art Gallery of NSW), entre autres...

Lire la suite ici.

On en parle dans la presse : Mimili Maku à Bruxelles, sur MU-inthecity

mu-inthecity-art-aborigene-presse

Merci à Muriel de Crayencourt, rédactrice en chef de MU inthecity pour son bel article sur notre exposition en cours.

"Bertrand Estrangin est du genre à parcourir plus de 4800 km pour préparer une exposition ! C’est ce qu’il a fait durant les étés 2016 et 2017 pour sélectionner les œuvres qu’il présente aujourd’hui dans sa galerie bruxelloise. Les artistes aborigènes de Mimili Maku habite un territoire de 102 000 km2 habité par moins de 2500 indigènes. Isolés du monde, leurs œuvres magistrales sont récompensées chaque année au Musée national de Darwin (NATSIAA Award), et tout récemment dans le cadre du Wynne Prize (art contemporain) au musée de Sydney en 2017.

Les œuvres de ces artistes aborigènes sont peu connues en Europe et Aboriginal Signature, la galerie de Bertrand Estrangin, fait à Bruxelles un important travail de présentation et de médiation. Elle vient d’ailleurs de recevoir une visite de Caroline Millar, ambassadeur d’Australie en Belgique..."

La suite de l'article ici sur MU-inthecity.